La station spatiale internationale lance une nouvelle imprimante 3D

Tous les bricoleurs que nous sommes savent combien il est ennuyeux d’aller chercher des vis et de ne trouver que des écrous ou de voir que la pièce qui nous manque pour compléter ce que nous faisons est introuvable. Un problème qui, dans notre cas, se traduit par le désagrément de devoir se rendre à la quincaillerie la plus proche pour trouver ce dont nous avons besoin, avec la perte de temps que cela implique.

Cependant, tout le monde n’est pas aussi « chanceux » que nous. Car lorsque la quincaillerie est loin, les problèmes augmentent. Les habitants de la Station spatiale internationale ne le savent que trop bien, car la quincaillerie la plus proche est à un tour de navette. Sans compter qu’il peut être compliqué d’expédier les outils ou les pièces dont ils peuvent avoir besoin dans leur travail quotidien.

Heureusement, la technologie 3D est devenue une nouvelle alliée pour ces grands professionnels, qui ont reçu une imprimante 3D originale de la NASA. À tel point que non seulement elle est capable d’imprimer les pièces dont ils peuvent avoir besoin, comme le ferait une imprimante 3D classique, mais elle a aussi la capacité de recycler les éléments en plastique qu’ils n’utilisent plus pour les transformer en nouvelles pièces conçues à leur goût.

L’arrivée de Refabricator

Le nom que la NASA a donné à cet équipement particulier est Refabricator. Visuellement, l’équipement est de la taille d’un petit réfrigérateur, avec une porte d’accès à l’intérieur de la machine, un panneau de contrôle et différents éléments conçus pour maintenir le refroidissement adéquat du produit pendant son utilisation. Toutefois, ce n’est pas la première imprimante 3D à aller dans l’espace, car la NASA utilise cette technologie sur la Station spatiale internationale à partir de 2020 environ.

La principale innovation offerte par ce produit est la capacité de recycler efficacement tous les types de plastiques. Un processus dans lequel la machine a une certaine capacité d’admission de vieux plastique, qui peut être géré efficacement en ne coupant que les plus gros morceaux qui ne sont plus utilisés. Une fois à l’intérieur de la machine, ce matériau est transformé en filaments utilisés par les imprimantes 3D, et peut ensuite être utilisé pour imprimer à nouveau avec ces filaments. Un processus qui peut être répété autant de fois que nécessaire tant que le matériau ne se détériore pas de manière excessive.

Ainsi, il suffit de placer le vieux matériau à l’intérieur de la machine pour le faire fondre et le transformer en filaments conventionnels que nous utilisons dans toute imprimante 3D. Une fois le processus terminé, le filament obtenu peut être utilisé pour réaliser de nouvelles impressions, pour lesquelles la machine dispose également du lit chaud et du reste des éléments nécessaires à cette impression. S’il y a des restes, ils peuvent être stockés, ce qui permet de les conserver pour un usage futur et de gagner de la place.

Quels sont les avantages de cet équipement

Les avantages offerts par cet équipement sont évidents. La première est la polyvalence et la capacité que les astronautes auront lorsqu’ils auront créé tout type de pièces à leur goût, au moyen de l’impression 3D classique. Un design qui est encore plus important dans l’espace, où il est souvent nécessaire de recourir à des idées ou des solutions non conventionnelles pour résoudre les problèmes quotidiens.

Un autre avantage est lié à la disponibilité des matériaux. La station internationale n’est pas exactement grande, donc la possibilité de stocker un stock de pièces détachées pour le hall ou de matériel pour l’impression 3D est exclue. En fait, la plupart des matériaux qui arrivent à la station doivent être envoyés par fusée et sont conçus pour être utilisés à la volée. La possibilité de transformer une partie des déchets en matériaux pouvant être réutilisés est donc plus qu’intéressante.

Enfin, en rapport avec ce qui précède, il est nécessaire de jeter un coup d’œil sur le coût de ces envois. Lorsque le projet IEE a été lancé, le coût de l’envoi d’un kilo de matériel à la station était estimé à environ Ce chiffre aura bien sûr été réduit grâce à l’amélioration des technologies de la fusée, mais il est évident que les « frais d’expédition » du matériel vers la station sont élevés. Sans compter que l’utilisation d’une partie de l’espace pour envoyer quelque chose implique de devoir laisser d’autres matériaux ou éléments à l’extérieur de la fusée. L’idée de réutiliser les plastiques déjà présents dans la station pour créer de nouvelles pièces personnalisées est donc une grande avancée.

Demandes de terres

À ce stade, de nombreux lecteurs s’interrogent peut-être sur l’utilité éventuelle de ce modèle dans un processus d’impression 3D terrestre, pour ainsi dire. Et la vérité est qu’avec quelques changements, il serait possible de modifier la structure et le fonctionnement de la machine, en éliminant les limitations que son utilisation dans l’espace implique, de sorte que les futures imprimantes 3D auraient la possibilité de « créer » leurs propres matériaux à partir des restes d’autres impressions, de celles qui ont échoué ou d’autres déchets similaires.

Cela pourrait être intéressant en termes de récupération des matériaux déjà utilisés et de réduction de la dépendance au pétrole, en termes de fabrication de nouveaux plastiques et filaments. Toutefois, comme c’est le cas dans tout processus industriel, c’est finalement le prix qui détermine si cette idée peut réellement être viable au niveau industriel à l’avenir.

Toutefois, ce processus de recyclage des matériaux est déjà utilisé, en partie, dans l’imprimante en métal que HP a inventée, qui dispose d’un système d’impression à base de résine et de poudre métallique dans lequel la poudre excédentaire non utilisée est retirée et utilisée pour de nouvelles impressions, une autre preuve de ce que ces technologies peuvent faire pour l’avenir de l’environnement.

Découvrez également :

      Guide, avis & tests des meilleurs produits HighTech ! - Iwaw